Histoires personnelles

Catherine X

Juillet 2013

Comme beaucoup de joueurs, Catherine a commencé modestement, mais avec le temps, elle s’est mise à jouer de plus en plus. Après avoir perdu son emploi, sa maison et presque sa vie, elle a décidé que le jeu n’en valait pas la peine et est allée chercher de l’aide. Cette vidéo décrit son expérience.

Tout a changé en octobre dernier quand ma femme a appris que je jouais – Anonyme

Mai 2013

Je voudrais d’abord dire qui je suis, car je pense que c’est important pour comprendre ma situation. Je suis un travailleur social qualifié. J’ai eu une belle carrière et je suis maintenant en semi-retraite. Au départ, je m’intéressais peu aux jeux de hasard. Ces dix dernières années, je jouais de temps en temps aux machines à sous, dépensant en général de 10 à 20 $ à la fois. Il s’agissait de petites dépenses qui n’avaient aucune conséquence sur ma situation financière. Puis mon comportement s’est mis à changer. Il y a environ un an et demi, j’ai commencé à mettre plus d’argent dans les machines. Je suis passé de 20 $ à 60 $, puis à 100 $; à la fin, je pouvais dépenser 500 $ à la fois. Les machines semblaient avoir une emprise sur moi. J’avais besoin de leur montrer que c’était plutôt moi qui les contrôlais. Comment en suis-je arrivé là? Je jouais avec de plus en plus d’argent. J’avais l’impression de ne pas pouvoir m’arrêter. J’arrêtais pendant un jour ou deux pour me retrouver que de plus belle devant des machines à sous.

Tout a changé en octobre dernier lorsque ma femme a appris que je jouais. Elle déteste les jeux d’argent, et je lui mentais. Elle était tellement bouleversée; c’était très triste. Elle était en colère et blessée. Je l’avais déçu et je ne pouvais pas revenir en arrière. J’avais gaspillé de l’argent que nous aurions pu utiliser pour avoir du plaisir ensemble. Ma femme était prête à tout arrêter. J’ai imploré son pardon. Elle n’était pas prête à me pardonner, et j’ai vite compris pourquoi. Elle avait tous les droits d’être en colère. Elle a finalement accepté de m’aider à faire face à ma situation. C’est alors que j’ai téléphoné au Réseau d’aide pour la dépendance au jeu. J’étais réticent à l’idée de communiquer avec des professionnels de ma région, embarrassé d’avoir à parler à mes pairs. Je me disais que c’était injuste de faire subir tout ça à ma femme, puisqu’elle aussi avait des contacts avec ces mêmes professionnels.

Appeler la première fois pour demander de l’aide a été difficile. J’avais en effet l’habitude d’être celui qu’on appelait pour obtenir de l’aide. C’était maintenant à mon tour de me retrouver dans cette situation. Après le premier appel, je me suis rendu compte que c’était la bonne chose à faire. Il fallait que je comprenne pourquoi j’étais rendu là où j’étais. J’étais pourtant une personne très économe. Comment en effet une personne qui utilisait des coupons dans les magasins pouvait-elle dépenser 500 $ en une seule journée? Cela n’avait pas de sens.

Pouvoir parler à un professionnel régulièrement était un grand atout. Ma conseillère m’a en effet aidé à réfléchir et m’a forcé à trouver des explications. Elle ne me jugeait pas; elle me soutenait. Elle m’a aidé à examiner mes comportements et m’a forcé à me poser des questions révélatrices.

La seule pensée de perdre ma femme et notre vie était bouleversante. Il m’arrivait de penser que ma mort serait préférable et que cela arrangerait tout le monde. Ces pensées n’ont toutefois pas duré. En effet, pourquoi soumettre ma femme et ma famille à une telle épreuve? Je voulais que notre vie soit comme avant. Je me rends compte maintenant que ce ne sera jamais possible. Je comprends que j’ai créé une situation qui va avoir des conséquences sur notre vie de tous les jours. Cela ne veut pas dire que les choses ne peuvent pas s’améliorer, car je crois qu’elles s’amélioreront; mais elles seront différentes.

Je dois dire que le jeu n’a pas été un problème depuis mon premier appel au Réseau d’aide pour la dépendance au jeu. Je n’ai pas joué une seule fois à une machine à sous, et je ne veux pas y jouer. Ma femme est beaucoup plus importante que le plaisir que me procuraient ces machines. Je me rends compte du mal que la situation a causé à ma femme, et je ne pourrais jamais plus lui faire subir à nouveau ce genre de douleur. Je sais qu’elle ne me fait pas encore confiance, mais elle essaie. J’espère que cette confiance reviendra au fil du temps. Elle me permet encore de gérer les finances, mais nous prenons des précautions. Je lui dis toujours ce que je fais et où je vais.

Mes problèmes de jeu m’ont permis de faire face à d’autres problèmes de couple. Nous essayons lentement de les régler. La vie a bien changé. J’aime à penser que j’ai changé. J’apprécie davantage ma femme. Je ne tiens pas les choses pour acquises, comme dans le passé. Je me rends compte que nous devons être reconnaissants pour beaucoup de choses. J’espère qu’à l’avenir, j’arriverai à montrer à ma femme qu’elle avait raison de choisir de m’aider. Jouer à des jeux d’argent et gaspiller de l’argent m’était totalement étranger. Pourtant, j’ai laissé les choses contrôler ma vie pendant une courte période. Je suis heureux de pouvoir dire que je me suis réveillé.